cadre

Selon « Verbier, Herbier verbal à l’usage des écrivants et des lisants » de Michel Volkovitch, Ed. Maurice Nadeau  (Merci, Nicole)

Bonheur – Son moment d’élection : le matin, de bonne heure. Ce h inaudible au milieu, secret, comme un soupir d’aise au fond de soi.

Chocolat – Chaud, collant mais coulant. On ouvre grand la bouche, aah…

Choyer, dorloter – Choyer se déploie largement, le choyé en sort grandi, épanoui – d’abord, on ne peut choyer que du premier choix. Dorloter, au contraire, c’est rapetisser. Une personne qu’on dorlote est petiote, chochotte : on lui dit, Dors, comme à un enfant.

Oui – Mot épanoui. Le plus beau mot à dire quand on jouit.

Paresse – Pareille à la caresse, en plus doux encore.

Visage –Mot-caresse, vibrant doucement, lent à finir (comme les vagues sur le rivage), contemplatif, le regard s’y promène, visage-paysage…

Et maintenant, à moi d’écrire des portraits !

Théâtre – 3 syllabes comme autant de coups de ce fameux brigadier. Té ! A ! Tre ! le bâton frappe et les rideaux s’ouvrent. Et puis le â se prononce la bouche ouverte comme quand on déclame.

Nonchalance – Un mot tout en longueur, qu’on ne peut dérouler sur la langue qu’avec une lenteur étudiée. Non-le-chat-n’est-pas-lent, il est racé. Quand il s’étire, c’est avec élégance. Quand il se meut, c’est avec grâce. La nonchalance n’est pas une vitesse, c’est un mouvement.

Acariâtre – ça accroche et ça rappe. Prononcer cet adjectif est presque douloureux.

Saccadé – Trois syllabes rythmées. Impossible de les lier, il faut les détacher, chacune a son rôle.

Buisson – Le « ui » et le « on » s’emmêlent, ça grouille là-dedans. C’est ramassé et brouillon, ça enveloppe. On peut s’y cacher mais pas s’y perdre.

Qui prend ma suite ?

Partagez l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.