Archives de catégorie : Lectures

Nézida

Quelques semaines se sont écoulées sans que je vous parle d’une de mes lectures, précisément depuis Les trous de conjugaison, en avril. J’y remédie avec Nézida de Valérie Paturaud, emprunté à la Pile à lire de ma mère. Un roman polyphonique qui nous raconte la vie d’une femme peu ordinaire à la fin du 19e siècle. Elle est instruite, quitte la ferme familiale pour se marier avec un jeune bourgeois de la ville, aspire à travailler, ne voit pas dans la maternité le sens naturel de sa vie… Elle brise les conventions, suscitant admiration et réprobation. Le portrait d’une femme libre qui, malgré sa fin tragique précoce, fait du bien.

J’ai apprécié le choix de l’auteure, de nous faire découvrir la personnalité de l’héroïne au travers de multiple points de vue, ceux de ses proches.

Et cela, pour l’anecdote, me ramène à l’époque où j’avais soumis mon premier roman Point à la ligne à plusieurs éditeurs. Après quelques mois, j’avais reçu une lettre de refus du Dilettante, accompagnée d’une fiche de lecture remplie de l’écriture ronde et appliquée d’un élève de collège (un étudiant de 1ere année en littérature ?) qui statuait ainsi : Votre texte est mal construit, vous changez de narrateur.

 

 

Les trous de conjugaison

L’une de mes pépites de ces derniers jours, ce roman d’Ingrid Naour ! Je ne saurais dire ce qui me réjouit le plus, d’avoir lu ce texte débordant de vie et d’humour ou d’avoir déniché cet ouvrage dans le rayonnage d’une bibliothèque d’hôtel. Les deux assemblés certainement comme un gâteau et sa cerise.

Quelle belle idée que cette bibliothèque bien fournie dans un hôtel paumé dans la campagne ! C’est le format du roman, je crois, qui m’a attirée. Une centaine de pages pour un court séjour, c’était jouable. Le titre aussi. Les trous de conjugaison, késako ? L’auteure que je ne connaissais pas, la collection qui n’était pas celle d’un roman de gare. Et la 4e de couverture évidemment que je vous livre en photo parce que je ne saurais faire mieux pour vous décrire ce texte à dévorer comme une bouchée au chocolat.

Au fait, il semble que les trous de conjugaison, ce sont des orifices situés de part et d’autre de la colonne vertébrale. Et quand les nerfs rachidiens qui y passent s’y coincent, ça fait très mal ! Voilà pour le sens propre. Quant au sens figuré que je suppose voulu par l’auteure, disons que notre héroïne, gourmandes des mots, les envoie pas mal virevolter ! Et c’est tordant.

 

Veiller sur elle

Comme la plupart des romans distingués par le Prix Goncourt, celui de Jean-Baptiste Andrea a suscité des avis divergents à foison.

Détracteur ou admirateur, chacun sa position. Je fais partie des seconds, j’ai bien accroché en lisant Veiller sur elle, une belle histoire d’amour contrarié entre Viola, une aristocrate, et Mimo, un nain de basse condition. Mimo est un talentueux sculpteur, Viola d’une remarquable intelligence. Entre ces deux êtres extraordinaires, « jumeaux cosmiques », née une amitié indéfectible dans une Italie de l’entre deux guerres qui voit la montée du fascisme.

 

Dans cette fresque romanesque, où la beauté habite chaque page, il est question de classes sociales, de féminisme, de pouvoir, d’argent, d’ambition, de politique, d’amour, d’amitié et d’art, bien entendu.

J’ai passé de belles heures aux côtés de Mimo et Viola, merci à mon amie Marie-Pierre de m’avoir offert ce beau voyage.

Skandar

Frustrantes sagas jeunesse

A Noël 22, j’ai reçu le 1er tome de Skandar, de A.F. Steadman, un roman pour ado – de quelqu’un qui me connait bien !- mais j’ai attendu presque un an pour l’atteindre dans ma Pal et, captivée, j’ai filé jusqu’à ma librairie pour m’offrir le second tome et le lire dans la foulée (in extremis, le dernier exemplaire, celui avec la fiche de lecture collée dessus !). Dès le mois de mai, je devrais pouvoir dévorer le tome 3, mais il me faudra attendre une année supplémentaire pour le tome 4 et une de plus pour le 5. Et pendant tout ce temps, je fais quoi, moi ?, à me demander si Skar va sauver l’île ou non ?

Cela me rappelle bien des sagas jeunesse, Harry Potter, de la célébrissime J.K. Rowling,  dont j’avais englouti les 4 premiers tomes en quelques semaines et dû patienter des années pour parvenir au bout de la série ; Eragon de Christopher Paolini dont la sortie du dernier opus a pris des années-lumière. Par chance, j’ai connu La passe-miroir de Christelle Dabos une fois toute la série publiée. Et ça change tout ! Alors j’en fais le serment – doigts croisés dans le dos – je ne lirai plus que des sagas entièrement publiées, foi de lectrice !

PS : Et mince, en vérifiant l’orthographe du nom de l’auteur, je viens d’apprendre qu’un nouveau Eragon est sorti il y a quelques semaines. Hé les auteurs jeunesse, vous n’avez pas fini de jouer avec mes nerfs !

La patience des traces

Dans La patience des traces, Jeanne Benameur nous embarque dans un processus de résilience, jusqu’à la réparation, grâce à la métaphore d’un bol cassé et de la technique du Kintsugi (une technique, que j’ai toujours autant envie d’apprendre). C’est au Japon dans la demeure d’un merveilleux couple que Simon, le héros, va se reconstruire. Une histoire tout en douceur et lenteur, une ode à la méditation, au silence et à la contemplation.

Merci à mon amie Diane de m’avoir fait découvrir cette talentueuse autrice et conseillé ce joli roman que j’ai, dès la dernière page tournée, racheté pour l’offrir.

Quand on aime, on persiste, j’ai enchainé avec Les mains libres de la même autrice, une œuvre que j’ai ressentie comme un poème plus qu’une roman. Avec toujours cette lenteur, cet immobilisme dans l’histoire qui permettent paradoxalement d’avancer.

 

Ce qui nous sépare

Entre nous, tout va bien, rassurez-vous ! Ce qui nous sépare est le titre d’un roman d’Anne Collongues, offert par mon amie Nicole qui a le don de dénicher des pépites, et qui rappelle Au prochain arrêt de Hiro Arikawa, le livre qu’elle m’a précédemment fait découvrir et dont je vous ai déjà parlé.

Dans Ce qui nous sépare, on n’est pas au Japon dans un train, on est en France dans un RER. Il ne s’agit pas de rencontres mais d’introspection. Le lecteur passe de personnages en personnages, les découvre au fil des rencontres. Les destins ne se croisent pas mais les fêlures, en se dévoilant, font de ces personnages aussi différents des mêmes êtres cabossés et attachants.  Encore un beau texte humaniste comme je les aime dans un style où les émotions dominent. 

Et parce que j’aime partager les beaux textes, plutôt que de vous dévoiler un personnage, c’est la description de cet instant violent où deux trains se croisent, qui ne l’a pas vécu ?, que je vous propose.

Oscar et Mamie Rose

A Mortemart ( un nom qui m’évoque Harry Potter, allez savoir pourquoi), charmante bourgade de Haute-Vienne, quelques rares personnes dans les ruelles, un chien et deux moutons aperçus dans un pré, un ciel gris menaçant et une seule boutique ouverte ce lundi de Pâques. Une bouquinerie. « Ici on trouve des livres et de quoi discuter », l’offre était alléchante.

Effectivement, un moment plus tard, ma tête était enrichie de conseils de visite et mes bras chargés de livres. Parmi eux, un mince roman, Oscar et la dame Rose d’Eric-Emmanuel Schmitt (une œuvre datant de 2009, devenue culte, déclinée en pièce de théâtre et film… et qui m’avait complètement échappée, je dois l’avouer. Je me suis renseignée depuis). C’est dans la salle d’attente de mon médecin que j’ai décidé de le lire, en espérant sans doute ne pas avoir le temps de l’y terminer malgré sa modeste longueur. Vœu pieu. Mais qu’importe puisqu’il m’a offert un doux moment de lecture.

Oscar a 10 ans et il est mourant. Ses parents sont désemparés, son chirurgien honteux, les infirmières désarmées. C'est auprès de sa visiteuse, Mamie Rose, qu'il trouve du réconfort. Elle lui donne les clés pour vivre sereinement ses derniers jours. Un roman délicat dans lequel l'auteur a su parler de la douleur, de la tristesse, de la souffrance avec poésie, philosophie et humanisme. Une belle leçon de vie et de mort.

D’ailleurs, je l’ai offert à mon médecin, ce joli livre, aussitôt entrée dans son cabinet, en  étant certaine qu’elle l’appréciera. Peut-être même qu’elle le donnera à son tour à l’un de ses patients, je sais qu’elle aime leur prêter des romans dont la lecture, dit-elle, peut leur faire du bien. Passeuse de livres, elle l’est elle aussi.

Image : extrait de la couverture Ed.Livre de poche

Tellement belles

Elles sont tellement belles ces phrases que j’aurais pu les écrire dans un carnet, comme je m’y adonnais ado. Pour mieux les déguster, pour m’en imprégner. Des phrases poétiques qui mettent des mots justes sur des sentiments.

Je n’ai plus de carnet à phrases aujourd’hui, mais un téléphone avec lequel j’ai eu envie de les capturer pour vous les partager.

Tous ces passages proviennent du roman de Jon Kalman Stefansson, Ton absence n’est que ténèbres, dont j’ai déjà parlé. Rapidement. Que dire en effet sur un livre aussi puissant ? Rien.

Aussi je vous laisse lire les passages entre les traits jaunes. Je vous les offre à la façon d’un bouquet de fleurs. En nombre impair comme des roses.